Trouble de la vigilance : Fatigué, somnolent ou hypersomniaque ?

Comment définir la vigilance ? Un peu de vocabulaire :

La veille

est l’état de non-sommeil, observé dans la journée mais aussi la nuit quand le sommeil est perturbé.
  •  

La vigilance

est l’état de réactivité à l’environnement dans lequel on se trouve quand on est éveillé.
  • La vigilance varie selon le moment de la journée mais aussi selon la stimulation et la motivation personnelle.
  • Par exemple, au cours d’une tâche routinière réalisée en début d’après-midi, le risque de baisse de la vigilance est important.

La fatigue

est un épuisement progressif des performances cognitives et physiques en lien avec un effort.
  • Avoir sommeil et être fatigué sont deux états différents. La fatigue se résout en se relaxant physiquement et mentalement, mais pas nécessairement par le sommeil. On peut être fatigué sans pour autant avoir sommeil.
  • Le manque d’énergie accompagné de la volonté de réduire ou limiter les activités est caractéristique de la fatigue.
  • Elle est un ressenti, davantage vécue comme un événement psychologique. La notion de fatigue étant d’ailleurs elle-même compliquée à interpréter (asthénie, baisse du désir de faire les choses ou peur de les faire ?)
  • Ce symptôme doit être différencié d’une plainte de somnolence diurne excessive ainsi que des accès de sommeil involontaires.

La somnolence

est ce que l’on ressent lorsqu’on a besoin de dormir.
  • Elle peut se manifester de façon normale le soir au coucher, après le déjeuner ou à d’autres moments quand il existe un déficit de sommeil (après une nuit blanche).
  • En dehors de ces circonstances, la somnolence dans la journée est anormale et doit conduire à consulter.

Hypersomnie idiopathique ou somnolence diurne excessive

L'hypersomnie centrale désigne plusieurs troubles d'allongement anormal du sommeil comme la narcolepsie, l'hypersomnie idiopathique et le syndrome de Klein Levin. Ce sont des maladies chroniques qui, dans la plupart des cas, grâce à un traitement médical bien conduit et une bonne gestion du sommeil permettent de mener une vie quasi normale. L’hypersomnie idiopathique peut se manifester sous différentes formes par :
  • un sommeil de nuit très profond, très long dont le sujet a du mal à sortir : un réveil difficile avec la tête lourde, l’impression d’être groggy, incapable de réfléchir voire désorienter. Parfois, le réveil spontané n’est pas possible avant 10 à 12 heures de sommeil.
  • la sensation d’être la plupart du temps mal réveillé, d’avoir une envie de dormir permanente, d’avoir du mal à se concentrer, à fixer son attention.
  • des endormissements involontaires. Ils surviennent plus facilement dans des circonstances calmes, monotones où le sujet est inoccupé ou passif. Ils peuvent aussi survenir dans des circonstances indésirables, par exemple au volant, en travaillant ou en classe. Certains endormissements sont incontrôlables, le sujet ne peut pas résister. D’autres peuvent être évités par le mouvement, la marche, le fait de prendre la parole, à condition d’être ” anticipés “. Souvent, l’endormissement involontaire ne prévient pas et survient à l’insu du sujet qui ne peut donc pas le contrôler. Certains endormissements passent donc inaperçus.
  • un besoin de s’allonger pour dormir dans la journée, trop fréquent ou sans bénéfice. Il n’est pas anormal de faire la sieste ou d’en avoir envie, surtout si le lever est précoce. En revanche si la sieste n’apporte pas de soulagement ou si elle se renouvelle plusieurs fois dans la journée, elle peut correspondre à une hypersomnie.
  • des accès de sommeil durant quelques jours.

Comment mesurer la vigilance ?

Il est possible d’évaluer le ressenti à l’aide d’échelles : c’est la somnolence subjective.

Le sujet indique à l’aide d’échelles ce qui décrit le mieux son état du moment (échelles de somnolence de Stanford) ou la facilité à s’endormir sur une période donnée (l’échelle d’Epworth ci dessous 👇).

L'Echelle de sévérité de la somnolence d'Epworth est une échelle qui permet d'évaluer la propension à s'endormir en journée dans des situations de la vie quotidienne de relative inactivité.

Vous arrive-t-il de somnoler ou de vous endormir, et non de vous sentir seulement fatigué dans les situations suivantes ? Cette question concerne votre vie dans les mois derniers. Même si vous ne vous êtes pas trouvé récemment dans l'uns des situations suivantes, essayez de vous représenter comment elles auraient pu vous affecter.

© Kaminska, M., Jobin, V., Mayer, P., Amyot, R., Perraton-Brillon, M., & Bellemare, F. (2010). The Epworth Sleepiness Scale: self-administration versus administration by the physician, and validation of a French version. Canadian respiratory journal17(2), e27–e34.

Durée du test : 2 minutes

Il est possible de mesurer la rapidité à s’endormir : c’est la somnolence objective.
  • Le Test Itératif de Latence d’Endormissement (TILE) mesure le délai d’endormissement et est recommandé en cas de suspicion de narcolepsies ou hypersomnies.
    • Dans un laboratoire d’exploration du sommeil, on mesure par une série de 5 tests d’une durée de 20 minutes, espacés de 2 heures, l’absence ou non d’endormissement.
    • Cette mesure clinique est réalisée allongé, dans le noir, avec la consigne suivante “Allongez vous calmement, fermez les yeux et essayez de dormir”.
  • Le Test de Maintien d’Eveil (TME) mesure la capacité à maintenir l’éveil en conditions propices à l’endormissement.
    • Il se compose de 4 tests d’une durée de 40 minutes et est recommandé pour évaluer la capacité d’une personne à rester éveillée lorsque son hypersomnolence constitue un handicap ou un danger pour les autres (conduite automobile, risque professionnel).
    • Assis confortablement au lit, dans une pièce faiblement éclairée avec la consigne suivante : “Restez éveillé, luttez contre le sommeil, gardez les yeux ouverts, regardez devant vous sans regarder la lumière.”
  • Enfin, il est possible d’apprécier les conséquences sur certaines activités : c’est la performance liée en particulier à la vigilance. De nombreuses activités intellectuelles ou motrices sont modifiées par une baisse de la vigilance. Ces tests sont très sensibles et “parlent” alors même que le sujet ne perçoit aucun changement. Ils permettent de mesurer le résultat et la rapidité de réponse. On évalue ainsi la capacité à percevoir un signal et à y répondre, à mémoriser, à calculer, à conduire…

Quelles sont les conséquences d'une mauvaise vigilance ?

La somnolence diurne excessive est un symptôme fréquent qui concerne de 8% de la population. Ses manifestations passent trop souvent inaperçues. Parfois le sujet ne s’en rend pas compte, il faut donc accorder une grande attention lorsque l’entourage signale de façon répétée des endormissements. Le fait de dormir dans la journée est trop souvent considéré comme un signe de bonne santé à l’inverse de l’insomnie. Toute somnolence excessive doit conduire à une consultation spécialisée.

La somnolence diurne excessive est-elle toujours le signe d’une maladie ?

La somnolence diurne excessive est toujours anormale mais elle ne traduit pas toujours une maladie. Le manque chronique de sommeil peut provoquer une somnolence. Le temps consacré au sommeil est souvent insuffisant chez les étudiants, les jeunes parents, les accros du travail…sans que les personnes concernées en soient suffisamment conscientes. Certains médicaments contre la dépression, l’anxiété, les hallucinations, l’allergie peuvent provoquer une somnolence dans la journée. Les effets des traitements médicamenteux sur la conduite sont toujours signalés sur l’emballage. Pensez à regarder sur la boite avant de prendre le volant.

Signalétique des effets sur la conduite

Avant de consulter pour somnolence diurne excessive, profitez d’une période de vacances de plus d’une semaine pour vous autoriser à dormir autant que vous le souhaitez et vérifiez que votre somnolence ne disparaît pas. Vérifiez que dans les traitements que vous prenez habituellement, la notice n’indique pas un risque de somnolence. Si c’est le cas, parlez-en à votre médecin traitant.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print

Réseau du Sommeil en France

Où consulter ? Le réseau sommeil francophone. Cette page détaille les structures vers lesquelles vous pouvez vous orienter si vous souffrez d’un trouble du sommeil. Qu’est ce qu’un centre du sommeil ? Les centres du sommeil sont des unités dédiées à l’exploration du sommeil et de

Lire la suite »

Narcolepsie

La narcolepsie La narcolepsie ou maladie de Gélineau est une maladie rare qui touche en France 0,026% de la population, soit environ 30 000 personnes. Elle se traduit essentiellement par des accès irrépressibles de sommeil survenant plusieurs fois par jour, même en pleine activité. Elle

Lire la suite »

Institut National du Sommeil
et de la Vigilance


18 rue Armand Moisant, 75015 – PARIS
Mail : contact[@]insv.org

Nous ne sommes pas un centre de soin, nos locaux ne sont pas ouverts au public.
Pour toute commande de brochures, merci de nous contacter par email.

Suivez nous sur Facebook

Suivez nous sur Twitter

Suivez nous sur Linkedin

Suivez nous sur Youtube