Le sommeil des enfants de moins de 10 ans et leurs parents
Enquête INSV/MGEN - Journée du sommeil® 2022

Plus les crises sont présentes, plus il est important de parler du sommeil !

À l’occasion de la Journée du Sommeil, le Vendredi 18 Mars, l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance (INSV) et la MGEN réalisent chaque année une enquête sur le sommeil des Français. En 2022, l’INSV a choisi d’explorer le sommeil des enfants de 6 mois à 10 ans et de leurs parents.

Après 2 années de crise sanitaire et la survenue d’une autre situation anxiogène avec la guerre, il nous est paru essentiel de nous intéresser aux interactions familiales des Français et leur impact sur leur sommeil.

Dr Marc Rey, neurologue et président de l’INSV Tweet
Selon l’enquête INSV/MGEN 2022, Plus d’1 parent sur 2 (56%) déclare souffrir d’au moins un trouble du sommeil. Il sont 66% dans les familles monoparentales.

Des troubles qui se manifestent principalement par des ronflements, des insomnies et des troubles du rythme du sommeil. 

Les parents bien informés sur le sommeil y accordent plus d’importance et dorment mieux. 

Les résultats de l’enquête révèlent que plus de 8 parents sur 10 se disent bien informés sur le sommeil, pour leur enfant ou eux-mêmes.

Les parents déclarent accorder une forte importance au sommeil de leur enfant (9,2/10), un peu moins à leur propre sommeil (8,1/10).
Ainsi, les parents ont pris conscience de l’importance du sommeil pour eux et leurs enfants avec un lien très net entre importance accordée au sommeil et niveau d’information sur celui-ci.

Les parents se déclarant très bien informés sur le sommeil dorment d’ailleurs plus longtemps que les autres : 7h14 en moyenne, contre 6h54 pour l’ensemble des parents de l’enquête.

L’enquête 2022 de l’INSV le confirme : les enfants ont un peu plus souvent un trouble du sommeil (1/3 contre 24 %) lorsque les parents en ont un. Par ailleurs, leur qualité de sommeil est jugée légèrement moins bonne.

À l’inverse, les parents présentent plus fréquemment un trouble du sommeil lorsque leur enfant en a un. « Il est important de rechercher l’existence d’une dette de sommeil, courante chez les mères de jeunes enfants », Dr Marc Rey.

24 % de parents rapportent un trouble du sommeil chez leur enfant (32 % chez les enfants de moins de 3 ans).

Les cauchemars récurrents et les ronflements sont deux troubles les plus cités par les parents dans l’enquête.

Les horaires de lever et coucher des enfants rapportés dans l’enquête témoignent que beaucoup d’enfants sont en privation de sommeil. D’ailleurs, d’après cette enquête, beaucoup de parents sont conscients que leurs enfants ne dorment peut-être pas assez. Seuls 45 % indiquent en effet que leurs enfants sont en forme le matin au réveil et 23 % d’entre eux signalent qu’ils sont agités en fin d’après-midi.

Humeur de l’enfant décrite par les parents dans l’enquête.

Le coucher est trop tardif, 38% des enfants en semaine et 67% le week-end se couchant après 21h alors qu’ils ont tout au plus 10 ans. Quant aux horaires de lever, la semaine cela va car les enfants sont obligés d’aller à l’école. Mais le week-end, 76 % se lèvent après 8 heures et parfois le lever est très étalé dans la matinée alors qu’on préconise des rythmes réguliers avec horaires à peu près identiques la semaine et le week-end. On observe déjà un décalage de phase le week-end chez ces enfants de moins de 10 ans. Ils se lèvent plus tard, se couchent plus tard en fin de semaine alors qu’à la différence des adolescents, cela ne correspond chez eux à aucun besoin physiologique. 52% des enfants et 45% des moins de 3 ans ont des horaires irréguliers ce qui est contraire à toutes les recommandations.

Pr Patricia Franco, Pédiatre et chercheuse, Responsable de l'Unité de sommeil de l'hôpital Femme-Mère-Enfant à Lyon Tweet
Les temps de sommeil recommandés en fonction de l’âge des enfants ne sont pas respectés.

Ainsi, 76% des enfants de 6 mois à 3 ans dorment moins de 11 heures en semaine ; 36% des 3-6 ans moins de 10 heures.

Avec l’avancée en âge, cela va mieux, mais 11% des 6-10 ans dorment moins de 9 heures. Ce qui est là encore trop peu.

Des parents sont conscients de l’impact cognitif et psychologique du manque de sommeil chez l’enfant.

Pour les 2/3 des parents interrogés le manque de sommeil affecte en priorité la qualité de l’attention et/ou de la concentration de leur enfant.

Une présence excessive d’écrans délétère pour le sommeil de l’enfant.

87 % des enfants ont accès à au moins un écran à la maison et en moyenne à deux supports avec en tête la télévision (75 %). Un chiffre qui atteint même la valeur de 97 % chez les 6 -10 ans contre 92 % chez ceux de 3 à 6 ans, mais qui est déjà de 66 % chez les petits de 6 mois à 3 ans.

Ainsi, 56 % des 6 mois-3 ans regardent déjà la télévision et 23 % ont accès à un smartphone. Ces chiffres sont préoccupants car à cet âge il est en effet prouvé que les écrans ont un impact sur le développement cognitif, les apprentissages, le développement psychomoteur. La Société Française de Pédiatrie recommande de n’exposer à aucun écran les moins de 2 ans.

49% des parents pensent qu’il n’y a aucun impact des écrans sur le sommeil.

Si 74 % des parents limitent la durée d’exposition d’écran à leurs enfants, cela signifie qu’un quart d’entre eux ne le font pas. Les parents eux-mêmes s’exposent aux écrans : la majorité d’entre eux regardent les écrans dès le matin, après le travail le soir et 60 % le soir au lit.

Malgré tout, en semaine 55 % des enfants passent plus d’une heure sur écran après 17 heures et c’est le cas de 74 % d’entre eux le week-end. Par ailleurs, selon les parents, dans 11 % des cas, l’enfant s’endort avec un écran allumé dans la chambre

Tribune du COFRADE et de l’INSV

Droit au sommeil pour les enfants : l’affaire de tous et un enjeu de santé publique !

A l’occasion de la journée du sommeil, le COFRAD a menée une enquête auprès des enfants sur leur sommeil. Vous pouvez trouver les résultats de l’enquête en cliquant sur le lien.

Le sommeil des enfants et des parents. Enquête INSV/MGEN Journée du sommeil 2022.
Réalisé par Opinion Way.
Mars 2022.

Replay 22e Journée du sommeil 2022

Replay – 22e Journée du sommeil Le sommeil des enfants de moins de 10 ans et de leurs parents. Vendredi 18 mars 2022 Le sommeil de 6 mois à 10 ans – Rythmes, croissance, pathologies A l’occasion de la 22e Journée du sommeil, organisée par

Lire la suite »

Le programme

Programme de la 22e Journée du Sommeil® Vendredi 18 Mars 2022 “Le sommeil des enfants et de leurs parents, en 2022” Véritable marqueur de notre santé mentale et physique, le sommeil nécessite une attention particulière dès la naissance. Ainsi, le sommeil des enfants concerne en

Lire la suite »

Les partenaires de la journée du sommeil®

Les partenaires de la 22ème Journée du Sommeil® Twitter Facebook La société savante du sommeil La Société Française de Recherche et Médecine du Sommeil (SFRMS) est la société savante qui rassemble médecins, chercheurs et professionnels de santé impliqués dans la connaissance des mécanismes du sommeil

Lire la suite »

Espace Presse

Espace Presse Journée du Sommeil® Contacts Presse Pour toute demande presse hors Journée du Sommeil®, merci d’écrire à contact@insv.org PUBLIK-S, Delphine Eriau : 06 63 85 74 43 delphine@publik-s.com Réseaux sociaux #JourneeDuSommeil sur Facebook  #JourneeDuSommeil sur Twitter  #JourneeDuSommeil sur Linkedin Retrouvez le programme de la 22ème Journée du

Lire la suite »

INSV

Institut National du Sommeil
et de la Vigilance

18 rue Armand Moisant, 75015 – PARIS
Mail : contact[@]insv.org

Nous ne sommes pas un centre de soin, nos locaux ne sont pas ouverts au public.
Pour toute commande de brochures, merci de passer par la boutique de documents.