Recommandations liées au coronavirus (COVID-19) pour les personnes présentant une apnée du sommeil

Vous souhaitez savoir si votre syndrome d’apnées du sommeil fait de vous un patient à risque durant l’épidémie de coronavirus ? Quelles sont les précautions à prendre avec votre masque si vous êtes porteur du virus ou non ?

La Société Française de Recherche et Médecine du Sommeil (SFRMS) et le groupe sommeil de la Société de Pneumologie de Langue Française (SPLF) et la Fédération Française de Pneumologie (FFP) ont souhaité apporter des éléments de réponse à certaines questions que les patients ou soignants se posent au sujet du syndrome d’apnées du sommeil (SAS) et de son traitement par pression positive continue (PPC) dans le cadre de l’épidémie
de COVID-19.

Le SAS est-il un facteur de risque ou de gravité vis-à-vis du COVID-19 ?

Il n’y a pas d’argument pour une augmentation du risque lié directement au SAS. En revanche, le SAS est souvent associé à des conditions identifiées comme facteurs de risque ou de gravité de l’infection à COVID-19 (obésité, diabète, hypertension artérielle, maladies cardio-vasculaires).

Le traitement par PPC doit-il être poursuivi en cas d’infection au COVID-19 confirmée ou suspectée ?

Il n’y a aucune donnée sur l’impact clinique du traitement par PPC chez les patients avec SAS infectés par le COVID-19. En revanche, la fuite intentionnelle au masque et les forts débits d’air délivrés par la machine pourraient contribuer à diffuser le virus dans l’environnement du patient, et exposer son entourage proche.

En cas d’infection à COVID-19 confirmée ou suspectée chez un patient maintenu à son domicile :
  1. Informer le médecin prescripteur et le prestataire de soin à domicile (par téléphone ou mail).
  2. Ne pas utiliser sa PPC à proximité de son entourage familial (chambres séparées si possible).
  3. Un arrêt temporaire du traitement pendant la durée de contagiosité pourra être discuté avec le médecin prescripteur (impossibilité de chambres séparées et conjointe ou conjoint à risque dans la chambre).
En cas d’infection à COVID-19 confirmée ou suspectée chez un patient hospitalisé :
  1. Arrêt de la PPC dans l’attente du résultat du test diagnostique COVID-19.
  2. Si COVID-19 confirmé : poursuite avec modification de l’interface selon les recommandations du GAV-02. En cas d’impossibilité d’appliquer ces recommandations, discussion d’arrêt du traitement pendant la durée de contagiosité.

Y-a-t-il des recommandations spécifiques concernant le nettoyage du masque et du circuit ?

Respectez scrupuleusement les recommandations du prestataire de soin à domicile pour le nettoyage de votre masque de PPC.

Le suivi du traitement par PPC est-il impacté par l’épidémie de COVID-19 ?

Dans le respect des mesures de confinement visant à lutter contre la propagation du virus, il est possible que certaines consultations de suivi et/ou enregistrements de contrôle soient différés et que les visites à domicile du prestataire de soin à domicile soient différées/annulées au profit du télé-suivi.
Les consultations de suivi pour les patients télé-suivis pourront être assurées par téléconsultation.

Tout savoir sur le syndrome d'apnée du sommeil

Le syndrome d’apnée du sommeil se manifeste par des arrêts respiratoires (apnées) au cours du sommeil, pouvant se répéter jusqu’à plusieurs centaines de fois par nuit.

Institut National du Sommeil
et de la Vigilance


18 rue Armand Moisant, 75015 – PARIS
Mail : contact[@]insv.org

Nous ne sommes pas un centre de soin, nos locaux ne sont pas ouverts au public.
Pour toute commande de brochures, merci de nous contacter par email.

Suivez nous sur Facebook

Suivez nous sur Twitter